Cycle
Au miroir des mondes

lun. 11 septembre - 20.00
RĂ©cital Toulouse

Tour d’Europe en quelques touches

INFOS RĂ©server
mar. 12 septembre - 18.00
Concert Venise

Présentation du festival

INFOS RĂ©server
ven. 22 septembre - 20.00
Opéra Rouen

Carmen

INFOS RĂ©server
sam. 23 septembre - 19.30
Musique de chambre Venise

Voyage onirique

INFOS RĂ©server
Lointaines ou voisines, parcourues ou fantasmées : au XIXe siècle, les contrées étrangères permettent à la musique française d’interroger son identité.

Avec les révolutions industrielles, le lointain se rapproche à la vitesse d’un moteur à vapeur : l’Orient rêvé des contes et des explorateurs se tient à la portée des Européens aisés. Pour les moins fortunés, les gravures des journaux illustrés se chargent d’ouvrir des fenêtres sur l’ailleurs. La production musicale du XIXe siècle français se fait l’écho de cette fascination : les intrigues de ses opéras se situent généralement hors des frontières nationales et les danses étrangères alimentent une grande partie du répertoire instrumental. En contrepoint d’une géopolitique guerrière et colonisatrice, les artistes se dépaysent aussi pour trouver une nouvelle voie. Le voyage prend alors les formes d’une quête des origines et, avec elle, l’espoir de régénérer un Occident à bout de souffle.
« Ah ! que ne puis-je à tire-d’aile,
Orient sacré,
Atteindre ton azur fidèle,
Ton beau ciel nacré ! »

Camille Saint-Saëns, Désir de l’Orient, 1871

Translation
« L’action se déroule en France, de nos jours » : voilà une formule que l’on ne voit presque jamais en tête des livrets d’opéra français au XIXe siècle. Même lorsqu’on pourrait parier que l’intrigue s’inspire de l’actualité parisienne la plus immédiate, son cadre se trouve décalé : transposé dans le passé – antique, médiéval, historique ou légendaire – ou encore transporté vers des contrées plus ou moins exotiques dans lesquelles, pourtant, tout le monde parle parfaitement français. Pour comprendre cet usage, il faut sans doute d’abord rappeler que l’art lyrique romantique s’exprime sous surveillance. Et la censure (ou l’auto-censure) ne s’exerce pas uniquement sur les propos politiques, mais aussi sur les mœurs que l’on donne à voir. Par exemple, la passion mortifère de Don José, dans Carmen, peut être acceptée par les Français de 1875 quand elle s’épanouit en Espagne un demi-siècle plus tôt. Elle aurait été intolérable si ce personnage avait été un compatriote contemporain. Il faut donc considérer que ces dramaturgies racontent d’abord l’époque et le lieu qui les voient naître, avant même de dépeindre une réalité exotique. Au miroir de ces mondes lointains, les Français peuvent se voir tels qu’ils sont, sans avoir à se reconnaître.
« La scène se passe dans la capitale des Trente-Six Royaumes »
L’Étoile, Leterrier & Vanloo / Chabrier, 1877

Fascination
Cet art du décalage bénéficie, de plus, d’une fascination pour l’ailleurs et l’ancien qui se démocratise à partir de l’ère romantique. À l’heure où les empires coloniaux se constituent, on glorifie les grandes figures d’explorateurs – comme Vasco de Gama chanté par Bizet en 1860 ou mis en scène par Meyerbeer en 1865 dans L’Africaine, son ultime opéra – et on s’arrache les récits d’aventures autour du globe. Le Robinson Crusoé de Defoe (1717) connaît enfin une vogue en France et se voit adapté à la scène par Offenbach en 1867. Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre (1788) inspire Kreutzer en 1791, Le Sueur en 1794, avant de s’imposer à l’opéra sous la houlette de Victor Massé (1876). Les romans de Pierre Loti irriguent la production lyrique parisienne à partir des années 1880 (Lakmé de Delibes) jusqu’au tournant du siècle, avec des mises en musique signées par André Messager (Madame Chrysanthème), Lucien Lambert (Le Spahi) et Reynaldo Hahn (L’Île du rêve). Comme les gravures publiées dans les journaux illustrés de l’époque, les décors et les costumes d’opéra répondent, eux aussi, à cette curiosité populaire : ils offrent la possibilité de voir ces contrées étrangères sans prendre le bateau.

Érotisation
Au cœur du rêve d’Orient – depuis l’Espagne jusqu’au Levant, en passant par le Maghreb – se trouve aussi la recherche d’une sensualité que la rigidité morale condamne en Occident. Tabou en d’autres circonstances, le désir féminin peut s’exprimer sans fard dans un opéra que l’on situe au Caire, au Japon, en Turquie ou en Inde. Dans le « conte arabe » Le Saïs de Marguerite Olagnier (1881), on se permet d’ailleurs des métaphores tout à fait transparentes : « Les languissantes fleurs ouvrirent leur calice aux abeilles éprises d’amour ». Imaginée essentiellement par des hommes, cette « libération » sexuelle des étrangères n’a rien de progressif. On fantasme ces femmes comme on aime à s’imaginer la terre à coloniser : dociles et fertiles, en attente de l’homme occidental pour s’épanouir pleinement. Néanmoins, cette zone dramaturgique placée en dehors de la bienséance bourgeoise permet d’aborder des thèmes que l’on ne traite ouvertement que rarement dans d’autres contextes : les passions entre personnes n’ayant pas la même couleur de peau peuvent ainsi être envisagées si l’on prend le soin de transposer leur histoire dans le passé (La Créole d’Offenbach, 1875) ou dans le lointain (Lakmé ou L’Île du rêve).

« Nos deux modes, majeur et mineur, ont été tellement exploités, qu’il y a lieu d’accueillir tous les éléments d’expression propres à rajeunir la langue musicale. »
L.-A. Bourgault-Ducoudray, 1878

Appropriation
Sur le plan musical, l’exotisme romantique ne s’aventure pas dans le domaine de la révélation ethnographique. Rares sont les compositeurs qui, comme Félicien David, Camille Saint-Saëns, Ernest Reyer ou L.-A. Bourgault-Ducoudray, parcourent le monde et ramènent, dans leurs carnets, des mélodies ou des rythmes teintant leurs partitions d’une « couleur locale » à peu près authentique. L’orientalisme repose d’abord sur une légère coloration modale des parties mélodiques, qu’un traitement harmonique tout à fait tonal maintient dans le domaine ordinaire de la musique occidentale. Néanmoins, au fil de la Troisième République, les musiques extraeuropéennes vont inspirer à certains artistes des voies nouvelles pour sortir du romantisme déclinant. Par ailleurs, les airs populaires de pays plus proches de la France, telles l’Espagne et l’Italie, nourrissent volontiers les productions françaises depuis le début du XIXe siècle. Ils permettent aux musiciens de ne pas trop s’éloigner du système tonal tout en marquant clairement une césure géographique. Ce faisant, l’usage fréquent des boleros ou canzoni tend à les faire entrer dans le domaine de l’art français.

Programmation

lun. 11
septembre
20.00
Récital Cloître des Jacobins

Tour d’Europe en quelques touches

INFOS RĂ©server
mar. 12
septembre
18.00
Concert Palazzetto Bru Zane

Présentation du festival

INFOS RĂ©server
ven. 22
septembre
20.00
Opéra Théâtre des Arts

Carmen

INFOS RĂ©server
sam. 23
septembre
19.30
Musique de chambre Palazzetto Bru Zane

Voyage onirique

INFOS RĂ©server
dim. 24
septembre
16.00
Opéra Théâtre des Arts

Carmen

INFOS RĂ©server
dim. 24
septembre
17.00
Musique de chambre Scuola Grande San Giovanni Evangelista

Deux pianos sur les routes

INFOS RĂ©server
mar. 26
septembre
20.00
Opéra Théâtre des Arts

Carmen

INFOS RĂ©server
jeu. 28
septembre
20.00
Opéra Théâtre des Arts

Carmen

INFOS RĂ©server
sam. 30
septembre
18.00
Opéra Théâtre des Arts

Carmen

INFOS RĂ©server
mar. 3
octobre
19.30
Musique de chambre Palazzetto Bru Zane

Guitare espagnole

INFOS RĂ©server
mar. 3
octobre
20.00
Opéra Théâtre des Arts

Carmen

INFOS RĂ©server
jeu. 12
octobre
19.30
Musique de chambre Palazzetto Bru Zane

Soirs Ă©trangers

INFOS RĂ©server
mar. 17
octobre
19.30
jeu. 19
octobre
19.30
Musique de chambre Palazzetto Bru Zane

D’Est en Ouest

INFOS RĂ©server
ven. 20
octobre
20.00
Musique symphonique Philharmonie de Paris

Hommage à Édouard Lalo

INFOS RĂ©server
lun. 23
octobre
19.30
Musique symphonique Wiener Konzerthaus

Hommage à Édouard Lalo

INFOS RĂ©server
mar. 24
octobre
20.00
Musique symphonique Isarphilharmonie

Hommage à Édouard Lalo

INFOS RĂ©server
mer. 25
octobre
20.00
Musique symphonique Elbphilharmonie

Hommage à Édouard Lalo

INFOS RĂ©server
ven. 27
octobre
19.30
ven. 27
octobre
20.00
Musique symphonique Kölner Philharmonie

Hommage à Édouard Lalo

INFOS RĂ©server
sam. 28
octobre
20.00
Musique symphonique Tonhalle

Hommage à Édouard Lalo

INFOS RĂ©server
dim. 29
octobre
20.00
Musique symphonique Alte Oper

Hommage à Édouard Lalo

INFOS RĂ©server
jeu. 11
janvier
19.00
sam. 13
janvier
19.30
Opéra Theater Dortmund

La montagne noire

INFOS RĂ©server
ven. 19
janvier
19.30
Opéra Theater Dortmund

La montagne noire

INFOS RĂ©server
mer. 24
janvier
19.30
Opéra Theater Dortmund

La montagne noire

INFOS RĂ©server
sam. 3
février
13.30
Opéra Concertgebouw

Le roi d’Ys

INFOS RĂ©server
sam. 17
février
19.30
Opéra Theater Dortmund

La montagne noire

INFOS RĂ©server
jeu. 11
avril
19.30
Opéra Theater Dortmund

La montagne noire

INFOS RĂ©server
ven. 3
mai
20.00
Opéra Opéra de Saint-Étienne

Le tribut de Zamora

INFOS RĂ©server
ven. 3
mai
20.00
Musique symphonique Auditorium de Lyon

Boléro

INFOS RĂ©server
sam. 4
mai
18.00
Musique symphonique Auditorium de Lyon

Boléro

INFOS RĂ©server
dim. 5
mai
15.00
Opéra Opéra de Saint-Étienne

Le tribut de Zamora

INFOS RĂ©server
ven. 10
mai
19.30
Opéra Theater Dortmund

La montagne noire

INFOS RĂ©server