Mel Bonis (1858-1937)
Parcours d'une compositrice de la Belle Époque

Ouvrages scientifiques
Étienne Jardin
Actes Sud / Palazzetto Bru Zane, 2020
Mel Bonis
480 pages
français
978-2-330-13313-9

À la veille de la Première Guerre mondiale, le milieu musical français – depuis les sociétés de concerts jusqu’au très convoité concours du prix de Rome – semble entrouvrir sa porte aux compositrices. Si cette parenthèse enchantée se referme avec les premiers coups de canon, la période aura néanmoins permis de faire émerger des figures de créatrices, telles que Mélanie Domange, née Bonis (1858-1937). Pianiste autodidacte, elle fait partie des rares femmes à avoir fréquenté, au cours des années 1880, les classes d’écriture du Conservatoire, dont celle de César Franck. Dès cette période, elle associe le diminutif de son prénom et son nom de jeune fille pour signer ses partitions, laissant ainsi planer un doute sur le genre de leur auteure. Un mariage bourgeois et la maternité l’écartent pendant quinze ans des scènes publiques : l’éclosion de la musicienne n’advient qu’à l’extrême fin du XIXe siècle. Défendant alors elle-même ses œuvres au salon ou au concert, Mel Bonis livre une production riche et variée, touchant à tous les domaines (à l’exception du théâtre lyrique). Elle s’y montre proche de la sensibilité de Gabriel Fauré et en dialogue avec les figures de proue de l’avant-garde musicale (notamment Debussy, Ravel et d’Indy). Marquée par l’esprit de la Belle Époque, elle trouvera difficilement sa place dans le nouveau paysage esthétique des Années folles. Ce livre collectif, qui participe au débat sur la place des femmes dans l’histoire de la musique, s’adresse à ceux qui souhaitent découvrir cette figure singulière, approfondir leur connaissance de sa production ou encore comprendre le cheminement de ses œuvres vers la lumière.

 

La collection Actes Sud / Palazzetto Bru Zane − ouvrages collectifs, essais musicologiques, actes de colloques ou écrits d’époque − donne la parole aux acteurs et aux témoins de l’histoire artistique du grand XIXe siècle ainsi qu’à leurs commentateurs d’aujourd’hui. Avec un rythme de publication de deux à quatre ouvrages par saison, la collection abordera le répertoire romantique français et la vie musicale de cette époque sous de multiples facettes, en s’intéressant aux parcours de compositeurs illustres ou méconnus mais aussi à l’histoire du concert, des genres musicaux et des interprètes.
 

Sommaire du livre

Introduction – Étienne Jardin
La redécouverte d’une compositrice – Ingrid Mayer et Christine Géliot
Catalogue des partitions de Mel Bonis – Christine Géliot et Étienne Jardin
Être femme et composer en 1900. Un entretien imaginaire – Florence Launay
Sur les bancs du Conservatoire – Marie Duchène-Thégarid
En public – Étienne Jardin
Le domino noir des Souvenirs et Réflexions – Sylvie Douche
La musique vocale religieuse – Guillaume Avocat
Le répertoire de la mélodie : un moyen d’expression au-delà du genre – Mylène Dubiau
Grand-mère et pédagogue – Christine Géliot
Une œuvre d’orgue à l’image de sa créatrice : entre doute et certitudes – Jean-Emmanuel Filet
La musique pour piano – François de Médicis
La musique de chambre – François de Médicis
Les suites de Mel Bonis – Hélène Cao
Une musique pour orchestre – Xavier-Romaric Saumon

Étienne Jardin
Responsable scientifique des publications et des colloques du Palazzetto Bru Zane, Étienne Jardin est docteur en Histoire de l’École des hautes études en sciences sociales. Ses travaux portent essentiellement sur la vie musicale en France, depuis la Révolution jusqu’au XXe siècle (enseignement, concert et art lyrique). Fondateur de la revue électronique Transposition. Musique et sciences sociales, il a dirigé plusieurs ouvrages parus chez Actes Sud, Brepols et Peter Lang.

Bru Zane Mediabase
Ressources numériques autour de la musique romantique française
Mel Bonis